articles de Minnie

Minnie Richardson

Minnie Richardson

Des groupes à travers le monde militent aujourd’hui pour améliorer la condition féminine et pour revendiquer l’égalité entre les sexes. C’est une journée importante.

Pour ma part, j’aimerais ramener le sens de cette journée à une plus petite échelle pour revendiquer l’égalité à l’intérieur de chacune d’entre nous. Car c’est seulement en cultivant un équilibre entre le côté féminin et le côté masculin en nous que nous pourrons retrouver une paix intérieure et de l’harmonie dans nos relations avec les hommes sur tous les plans.

Visionnez ma dernière vidéo (tournée en Floride!) pour savoir plus sur ma façon de marcher en solidarité avec les femmes à travers le monde aujourd’hui.

À vous maintenant…

Si vous faites partie de la communauté de la Conscience en soi, c’est que vous souhaitez être réveillé et présent dans votre vie. C’est mon cas! :-) Et je le suis — nous le sommes — au moins une partie du temps.

Mais, êtres humains contradictoires et paradoxaux que nous sommes, nous trouvons néanmoins des façons créatives d’éviter la présence, même si notre cœur la recherche ardemment. Et c’est de cela que je vous parle aujourd’hui dans cette courte capsule vidéo.

Je vous parle d’une habitude que j’avais dans mes séances de coaching individuel qui m’empêchait d’être présente, et qui me coupait du meilleur de moi-même. J’ai osé lâcher cette béquille il y a plusieurs années maintenant afin d’être entièrement – et non seulement partiellement — présente avec mes clients.

C’était un acte de foi qui a pris tout mon courage à l’époque, et qui en fin de compte a eu un impact énorme sur la qualité de mes coachings.

En ce début d’année, Marc et moi avons consacré deux après-midi à visualiser, à rêver et à planifier 2016 et les prochaines années. Pour le premier, dans un bar préféré après une sortie de raquette, nous nous sommes concentrés sur les désirs et les besoins des « 3Ms », notre petite unité familiale (notre fils Milo étant lui aussi un « M »!)

Et quelques jours plus tard, dans notre espace de travail, nous avons rétréci notre objectif pour cibler nos projets professionnels : la Conscience en soi et emme Chalets (4 chaleureux chalets de location à court terme au cœur des Laurentides au Québec).

Nous avons débuté avec la famille, car c’est bien clair pour nous que nos activités professionnelles doivent être au service de nos besoins comme famille, et non le contraire. Qu’elles doivent contribuer activement à notre bonheur et à notre épanouissement et nous permettre de vivre la vie à notre façon.

Êtes-vous conscient de votre choix de mots et de l’énergie que ces mots portent? Êtes-vous conscient de l’impact de cette énergie sur vous et sur les résultats dans votre vie?

Les dialogues que nous entretenons avec soi-même et avec les autres ont une portée énorme sur ce que nous sommes capables de réaliser. Je le sais pour l’avoir vécu à plus d’une reprise, et je partage ici une anecdote personnelle qui illustre bien le pouvoir de nos mots.

 

Mots de peur ou d’espoir?

Devenir entrepreneur va de pair avec une certaine insécurité financière et des rentrées d’argent irrégulières, du moins au début. Tel était le cas pour moi, et par moments je trouvais extrêmement difficile de ne pas savoir combien d’argent allait rentrer ni à quel moment.

C’est avec joie que je vous offre ce petit cadeau en format vidéo : une démarche en 3 temps pour vous approprier les Fêtes. Cela risque d’intéresser surtout ceux qui sont mis à l’épreuve et qui souhaiteraient vivre cette période de l’année avec plus de conscience et de bonheur. 

Si mon vidéo vous interpelle, n'hésitez pas à laisser un commentaire pour inspirer d'autres en quête d'un temps des Fêtes plus léger et agréable... Au grand plaisir de vous lire!

Très chaleureusement,

Minnie xx

Quand on fait une sortie de zone de confort, c’est exigeant pour tout notre être. Les peurs crient dans l’oreille, le perfectionnisme peut sembler non-négociable et on peut devenir contracté, loin de notre sagesse innée. Et c’est exactement ce que j’ai vécu la semaine dernière dans les jours avant mon premier webinaire à vie, un webinaire qui était, en plus, en direct.

Ressentant toute la tension que mon corps portait, j’ai décidé de prendre les choses en main. La veille du webinaire, malgré toutes les préparations que j’avais encore à faire, je suis allée seule au petit spa à proximité de ma maison.

J’avais besoin de relâcher la tension et recontacter l’excitation de ce pas symbolique dans l’évolution de mon projet web, et franchement, quelle bonne idée j’ai eue! Les étoiles en haut m’ont rappelé ma grande lumière intérieure, les grands sapins m’ont tendu leurs bra(nche)s en geste de soutien et la terre sous mes pieds nus m’a porté avec fermeté et bienveillance.

Et le matin même du webinaire, je suis sortie courir le long de la rivière sous un soleil éclatant. Ma récompense : recevoir de la part du soleil matinal, de l’eau, des roches et des arbres sur mon chemin un sentiment de connexion profonde ET les derniers morceaux pour peaufiner ma présentation.

La semaine dernière a eu lieu notre webinaire Atteindre vos objectifs pas la transformation intérieure. En plus d’être notre tout premier webinaire à vie, il était en direct, LIVE de notre espace à Val-David au Québec. Tout un défi qu’on s’était lancé, laissez-moi vous dire!

Il est 20 minutes avant le début du webinaire, et la caméra ne fonctionne pas malgré les tests que Marc avait faits. Ahhhh! La tension monte, Marc laisse échapper quelques mots bien choisis et je respire par le nez. Mais mon débrouillard préféré finit par régler le problème et à l’heure convenue, je démarre! Tout va bien.

17 minutes plus tard, pour être précis, on entend cogner à la porte. La partie de mon cerveau qui n’était pas occupée par la livraison de ma présentation (peut-être un petit 15 %!) ne comprend pas, car on avait dit à tout le monde de surtout ne pas nous déranger!

Et le plus étrange, c’est que le cognement nous arrive non pas de la porte principale en bas, mais de la porte qui donne sur un petit toit pour accéder à la corde à linge, au premier étage de la bâtisse. Décidément, c’est très bizarre.

Est-ce que cela vous est déjà arrivé de vouloir ardemment changer quelque chose dans votre vie, mais de vous sentir bloqué et incapable de passer à l'action? Ou de passer à l'action, mais de vous sentir frustré, car malgré de grands efforts déployés, le vrai changement ne semble pas s'amorcer comme vous le souhaiteriez?

Si oui, vous êtes en bonne compagnie! La plupart d'entre nous avons des aspirations pour une vie meilleure et des objectifs bien précis que l'on aimerait atteindre. Mais souvent il y a un décalage entre le désir de changement et l'action juste qui est nécessaire pour que le changement puisse s'amorcer. Qu'il s'agisse d'une meilleure santé physique, relationnelle, spirituelle, financière ou autre, on peut dire que l'on désire changer, mais ensuite on bloque, on hésite ou l'on part sur le mauvais pied.

Pourquoi? Selon moi, c'est bien simple : il y a une transformation intérieure qui est nécessaire, voire essentielle, avant que le changement extérieur puisse se déployer. En d'autres mots, si l'on aborde notre désir de changement avec conscience et intériorité, la machine de transformation se met en route presque toute seule, comme par magie.

Nous avons besoin de poser des gestes clairs vers l'atteinte de nos objectifs, certes, mais une fois le travail intérieur effectué, ces gestes ont nettement plus de portée. Car l'action qui découle d'une telle posture intérieure est puissante et efficace. C'est comme si la vie nous dit oui en ouvrant grand les portes et en enlevant les obstacles à notre avancement.

Par exemple, je veux faire rentrer plus d'argent, car je considère que mes revenus mensuels ne sont pas suffisants, et je vis de l'insécurité financière. Cela gruge mon énergie vitale au quotidien, et nuit à la qualité de ma vie. J'envie ceux autour qui semblent avoir des vies plus abondantes que la mienne et me demande comment ils font. Je voudrais bien faire quelque chose, mais l'anxiété m'empêche de voir clair. Je me dis que je me sentirai mieux quand ma situation financière s'améliorera.

Quoi faire? Notre vie est un reflet de notre état intérieur, pour nos finances comme pour les autres aspects de la vie. Si je ne me questionne pas sur mon rapport avec l'argent et avec l'abondance de manière générale, il sera difficile d'attirer plus de revenus dans ma vie. Car je porte peut-être des croyances limitantes qui m'empêchent de jouir librement de l'abondance financière. De plus, si je ne trouve pas un moyen d'accueillir, de gérer et d'apaiser mon anxiété, il me sera difficile d'être créatif dans la recherche de solutions ou d'avoir l'énergie nécessaire pour agir.

Si vous lisez cet article, vous le faites probablement sur votre téléphone intelligent, votre tablette ou un autre appareil mobile. Presque n’importe où et n’importe quand, un clic ou deux et hop, nous avons devant nous des articles, des vidéos et des informations qui ont le pouvoir de nous informer, nous divertir et nous inspirer. Nous avons littéralement le monde au bout de nos doigts. Incroyable, n’est-ce pas?

Mais le portrait est-il toujours aussi simple et radieux? Quel rapport avons-nous avec ces technologies hyper présentes? Est-ce que ce rapport nous convient et nous sert-il réellement? Comme dans tout, il vient un moment où notre usage peut devenir excessif. Et il ne tient qu’à nous de retrouver un équilibre.

Votre rapport avec la technologie est-il sain?

Chacun d’entre nous a un certain rapport avec la technologie, qui diffère selon nos réels besoins de connectivité et selon qui nous sommes comme personne. De plus, l’impact d’être connecté aux mondes virtuels varie selon nos barèmes personnels.

Puisque nous sommes les seuls à pouvoir le savoir et le juger, je vous invite à évaluer votre situation personnelle :

 

De l’abondance, on en veut tous! Qu’il s’agisse de plus d’argent, d’un nouvel emploi, d’une nouvelle relation amoureuse ou de plus de temps de qualité avec nos êtres chers, nous portons tous des désirs pour une meilleure vie.

Mais comment inviter l’abondance si notre vie est déjà pleine? Une vie surchargée d’objets, de désordre, d’activités ou de croyances limitantes est lourde en termes énergétiques. Le flot d’énergie est au ralenti et ne peut pas circuler librement. On a beau vouloir du nouveau, il n’y a simplement pas de place. Il faut faire du ménage.

Et qui dit ménage dit printemps, car ce temps où la Terre se réveille après l’hiver est traditionnellement symbole de renouveau et de renaissance. Avec la puissance de la Nature de notre côté, nos efforts pour alléger nos vies vont nettement plus loin.

Si l’idée de ménage vous laisse indifférent, sachez que vous serez amplement récompensé : on se sent plus léger, on a plus de clarté mentale et l’on a une meilleure appréciation de ce qui nous reste. L’énergie qui stagnait est dorénavant libérée et rend tout ce que l’on entreprend plus facile.

La Saint-Valentin, c’est la fête de l’amour romantique, des chocolats en forme de cœur et des roses rouges. Des cartes de vœux anonymes, des poèmes d’amour et des couples qui se bécotent sur les bancs publics, bancs publics…

Bon, ce dernier point un petit peu moins au Québec avec ses températures hivernales souvent en bas de -20 degrés, mais vous me suivez un peu… Et au-delà du chocolat et des fleurs, quel est le vrai sens de cette fête de l’amour et comment se l’approprier pour qu’elle devienne plus intime et authentique ?

L’essentiel de la Saint-Valentin, selon moi, est l’amour tout court. L’amour pour soi. L’amour pour nos êtres chers. L’amour pour notre planète. L’amour qu’on peut mettre dans chacun de nos gestes et qui a le pouvoir de les rendre sacrés et puissants. L’amour qui guérit.

Mon invitation : vous permettre de terminer 2014 en beauté pour être entièrement disposé à recevoir les cadeaux de l’année qui vient, bref en concluant l’année de manière riche et satisfaisante et en récoltant tous les fruits de ce temps si fertile.

Le rituel a perdu de l’importance dans notre société actuelle. Trop souvent associé à la religion ou à des activités sectaires auxquelles nous ne pouvons nous identifier et qui peuvent même nous effrayer.

Cependant, beaucoup d’entre nous avons une soif de connexion à notre nature profonde et à ce qui est plus grand que nous – sans pourtant nommer cette vaste énergie. 

Nous cherchons à nous épanouir comme femme et le rituel est un moyen simple et puissant pour y arriver. Je parle ici de moments de présence à soi-même où une intention claire est exprimée et un geste symbolique ayant un sens pour nous est posé. Ces moments peuvent être vécus aussi bien en intimité avec vous-même qu’accompagnés de proches.

Si vous me demandez d’où je viens, je vais probablement vous répondre que je viens de l’Angleterre. Et dans les faits, au moins, c’est vrai; je suis née en Grande-Bretagne, j’y ai grandi et mon accent en anglais ne vous laissera aucun doute là-dessus!

Si vous me demandez si mon pays d’origine me manque, je vais peut-être vous surprendre avec un « non » franc. Les gens – ma famille, mes amis – certainement mais le pays? Non. Et ceci même si je trouve ce vieux pays immensément riche en beauté naturelle et en histoire.

Née d’un père britannique et d’une mère québécoise anglophone, ma passion pour les langues et la différence culturelle m’ont amenée à habiter dans plusieurs pays avant de me retrouver sur le sol québécois dans la mi vingtaine. Je suis arrivée à Montréal avec une valise et ma double nationalité, me disant que j’y passerais un an ‘gros max‘ avant de continuer mon exploration du monde.

Presque 15 ans plus tard – et c’est l’histoire de beaucoup de nouveaux arrivants! — j’y suis encore, le Québec m’ayant complètement séduite. Je suis installée maintenant dans la région des Laurentides avec mon mari québécois et notre fils bilingue et biculturel et je n’ai aucune intention de partir!

Ici, je ne me sens ni Québécoise francophone – même si je parle le français très bien, avec de plus en plus d’expressions québécoises – ni Québécoise anglophone – même si ma mère était d’ici et que cette culture se rapproche le plus de ma culture d’origine.

À vrai dire, je ne me sens plus très britannique non plus. Ce qui m’amène à m’interroger sérieusement sur mon lien d’appartenance!

Connaissez-vous les pensées compulsives? Ce flux de pensées qui se défilent dans la tête, souvent négatives, souvent absurdes, et qui créent brouillage intérieur, saturation mentale et stress quand on les laisse prendre le dessus?

Les détails sont propres à chacun, mais certains thèmes sont récurrents. Cela vous arrive-t-il de vous juger durement et de juger les autres d’être trop de ceci et pas assez de cela? D’entretenir des pensées anxieuses et d’imaginer que le pire scénario est en train de se réaliser même si dans la réalité tout va bien?

Suivez-vous le fil de ces pensées pour en créer d’autres encore plus excessives et en fin de compte vous sentir anxieux, frustré, impatient, coupable, honteux ou toute autre émotion qui vous tire vers le bas? Et est-ce que parfois vous finissez par agir d’une façon dont vous n’êtes pas fier ou que vous regrettez carrément par la suite?

Soyons honnêtes, nous le faisons tous à des moments différents et à des degrés différents. Nous relâchons le contrôle, permettons (oui, permettons, car nous avons un choix!) à notre mental de prendre le volant et adhérons aux scénarios farfelus et négatifs qu’il nous propose. Ensuite, nous créons ce qui peut sembler comme l’enfer sur terre, un genre de film qui n’existe ailleurs que dans notre tête. Cela nous épuise, nous mine et nous empêche d’avancer et de nous réaliser à notre plein potentiel.

Pourtant, nous ne sommes pas que ces pensées lourdes. Nous portons également en nous une grande sagesse, la sagesse du cœur qui est toujours là, et qui est capable de nous donner l’heure juste. L’heure juste sur qui nous sommes vraiment - des êtres magnifiques et parfaitement imparfaits - et sur ce que nous avons à faire pour accomplir notre mission sur terre.

Voilà, c’est dit, vous n’êtes pas prisonnier de ces pensées compulsives et vous avez plus de contrôle et d’agence que vous l’imaginiez. Car la capacité d’affaiblir le pouvoir de ces pensées veille en chacun de nous à tout moment. Alors, comment y accéder?

Ce week-end, nous avons passé du temps très agréable dans un chalet au bord d’un lac dans un beau coin du Québec. Juste avant de partir, mon fils de 5 ans m'a demandé de descendre au lac avec lui une dernière fois. Suivant son élan joyeux, nous avons dansé sur le quai, mis nos orteils dans le lac et lavé nos visages avec l’eau fraîche.

C’était ludique, spontané et a duré à peine 3 minutes. Mais cela nous a permis de remercier ce beau lieu et lui dire au revoir. Et c’était la façon parfaite de clore notre petite escapade familiale et de nous permettre de repartir pour la maison le cœur léger et reconnaissant.

Notre vie terrestre est une succession de débuts et de fins, d’ouvertures et de fermetures. La toute première ouverture est notre naissance et la toute dernière fermeture, notre mort.

Entre ces parenthèses se trouvent des milliers de petites, moyennes et grandes ouvertures et fermetures... Le début et ensuite la fin de : une soirée entre amis, un projet professionnel, une grossesse, une étape de vie, une relation amoureuse ou amicale, des vacances, la vie d’un être cher, un repas familial, une carrière, une façon d’être, une journée, une habitude et j’en passe!

Savoir bien terminer ces étapes de nos vies, avec conscience et présence, goûte bon tout simplement. Savoureux, je dirais même! Et ce, même dans le cas où l'étape en question suscite en nous de la peine, de la colère ou d’autres émotions qui nous mettent au défi.

De la même façon, ne pas compléter ces choses peut laisser un mauvais arrière-goût. Difficile des fois de mettre le doigt dessus, mais c’est comme si quelque chose n’est pas complet. Comme si quelque chose flotte à l’intérieur sans être ancré fermement à sa place. On peut se sentir mélangé et émotif. Cela peut se passer à un niveau intangible, on s’entend, et à des degrés différents, mais cela se passe quand même et l’inconscient le sait très bien.

Pensez à l’importance des funérailles pour marquer le passage d’un être sur terre; la fin de sa vie. Ou aux grands câlins qu’on peut se faire spontanément avec nos êtres chers quand on se quitte après du bon temps passé ensemble.

Pensez aussi à la rupture amoureuse où vous n’avez pas pu exprimer ce qui était important pour vous. À la chose que vous avez dit que vous feriez, mais que finalement vous n’avez jamais faite. Ou au déménagement qui s’est passé dans un tourbillon et à la transition que vous n’avez pas pu marquer de façon satisfaisante.

Nos vies sont bien bien riches en événements et en expériences, mais si l’on ne fait pas attention, le tout peut nous passer à la vitesse d’un éclair sans qu’on s’en rende compte. Bien terminer les choses signifie nous réveiller assez pour en récolter toute la richesse.

Pour mieux comprendre, j’ai préparé quelques avantages succulents de bien marquer nos fermetures :

Combien de fois avez-vous entendu des gens dire qu'ils voulaient méditer, mais n'arrivaient pas à s'y mettre? Qu'ils s'étaient appliqués à un certain type de méditation assidûment pendant un temps pour ensuite abandonner avec un sentiment d'échec? Ou qu'ils n'étaient tout simplement pas capables de méditer? Cela vous dit quelque chose?

Avec toutes les études scientifiques qu'on voit passer démontrant les bénéfices de la méditation sur toutes les sphères de la vie, il est difficile de nier son importance. Nous vivons dans une société effrénée où la productivité prime et l'activité cérébrale est encouragée dès un très jeune âge. Et comme nous avons tous besoin d'équilibre dans la vie, la méditation s'avère un outil privilégié pour contrebalancer nos rythmes de vie.

Mais parfois, on ne sait tout simplement pas comment s'y prendre. Avec tant de méthodes qui nous promettent une paix intérieure, on peut se sentir perdu et loin du calme recherché. J'ai moi-même passé plusieurs années à me sentir inadéquate en termes de méditation, perdue et frustrée.

Avec le temps, en observant mes expériences, ma nature profonde et mes besoins, j'ai réussi petit à petit à reprendre mon pouvoir. Aujourd'hui, je suis fière de la qualité du temps que je me consacre, car ce sont des moments de grâce qui me guident à créer une vie que j'adore!

Mais pour laisser derrière moi l'incertitude, il a fallu que je me penche sur MA signification de la méditation afin de trouver un sens intérieur, et de me l'approprier.

Je considère maintenant que j’ai une pratique de présence. Ceci consiste en des activités méditatives procurant une grande présence envers moi-même et envers l’Univers, me permettant également d’éveiller de plus en plus ma conscience en soi. D’où découlent une connaissance de soi plus approfondie, une force intérieure, un sentiment d’équilibre et, bien entendu, un bien-être global.  

Nous sommes tous nés avec un système de guidance interne qui, si maîtrisé adéquatement, nous donne accès à une riche source d'informations pouvant orienter nos choix de vie de façon très positive. Il y en a qui l'appellent l'intuition, l'instinct, la petite voix et bien d'autres choses encore.

Pour ma part, j'aime bien le visualiser comme un GPS interne (pré-installé avant ma naissance) qui me guide réellement et m'aide à prendre les bonnes indications pour arriver à la destination souhaitée...

C'est magnifique! Un appareil tout à fait gratuit, disponible 24/7 et, si bien utilisé, fiable à 100%. S'en servir c'est prendre la responsabilité de sa vie et savoir que la solution est en vous, ou plutôt en chacun de nous!

Cela vous interpelle? Voici un mode d'emploi facile à suivre pour vous brancher sur votre GPS interne et ensuite en développer la maîtrise:

Page 3 sur 3
f
Partagez !
FacebookTwitterRSS FeedPinterest
×

Joignez-vous au newsletter et recevez vos cadeaux!
1. Méditation « Au fond de mon lac intérieur » - 20 minutes pour explorer votre paysage intérieur sur une trame sonore qui transporte.
2. Texte « 5 habitudes pour une vie plus consciente » - Pratiques de présence pour un quotidien avec plus de sacré, joie et sens.