articles de Minnie

Laisser de l'espace entrer au sein de nos vies

Écrit par

Dimanche soir, mon conjoint Marc m’a amené à l’aéroport de Montréal pour mon vol en Europe et ma tournée de conférences-atelier en France. Je venais de dire un au revoir quelque peu émotif à notre fils de 6 ans, Milo, que je quittais pour plus la plus longue période depuis sa naissance (un peu plus de deux semaines). Et j’ai serré Marc fort dans mes bras avant de le quitter aussi.

J’ai enregistré ma valise géante (la seule qui pouvait contenir mes belles affiches pour les conférences et tout le sirop d’érable que j’ai apporté en cadeau…), j’ai franchi les contrôles de sécurité de l’aéroport et je me suis retrouvée à ma porte d’embarquement avec plus d’une heure devant moi avant le départ de mon vol de nuit pour Glasgow.

Me rappelant de la promesse que j’avais faite à mon fils, j’ai pris une photo de l’avion dans lequel j’allais embarquer pour la lui envoyer. (Sa demande : lui envoyer des photos de tous les véhicules intéressants que je rencontre pendant mon voyage…). Ensuite je me suis acheté une tisane à la camomille et j’ai trouvé une place où m'asseoir et attendre l'embarquement.

Et là, j’ai constaté quelque chose qui m’était échappée jusque là...

Pour la première fois depuis des années – 8 ans et demi, pour être précis — j’étais seule en voyage! Personne avec qui échanger ou négocier les petits et grands choix d’un voyage, personne à qui offrir des collations ou de l’eau, personne à amener aux toilettes (Milo, pas Marc!)… En gros, personne à penser sauf moi.

Aaahhhhh! J’ai pris une grande respiration et j’ai savouré le choix qui s’offrait à moi : lire, rêvasser, travailler, regarder le monde passer, ne ri--en faire!..

Et dans l’espace qui s’est ouvert en moi est monté cet extrait du poème de Khalil Gibran au sujet du mariage (et dont le texte intégral se trouve à la fin de ce message) :

 

Laissez de l’espace entrer au sein de votre union

Et que les vents du ciel dansent entre vous

Khalil Gibran

 

Ces mots m’ont toujours inspiré en ce qui concerne ma relation avec Marc, et ils ont eu une portée particulière dans mon cœur ce dimanche à l’aéroport :

Je suis mariée et j’ai un grand plaisir à être avec mon conjoint et partenaire d’affaires, Marc. Je suis une mère attentionnée et j’adore mon fils Milo. Je travaille fort pour développer La conscience en soi et pour partager un message qui me tient à cœur. Oui, oui, et oui. Mais...

Je suis aussi une personne à part entière. J’existe intégralement en dehors de mon couple, de notre unité familiale et de mon rôle de coach et communicatrice. Je suis, tout simplement.

J’ai appris à travers les années – et mes erreurs! — l’importance de prendre de l’espace pour moi, de conserver de l’espace dans mes relations et de ponctuer les activités et les projets de ma vie avec des espaces de repos et d’intégration.

Sinon, je m’épuise et je me brûle à petit feu. Je mets trop d’accent sur le faire et j’oublie d’être. Je reste trop collée sur les petits détails de mes relations et de ma vie. Je manque de perspective et j’oublie ce qui est vraiment important pour moi et pour mon bonheur et mon équilibre.

Laisser de l’espace entrer au sein de ma vie, donc, me permet de voir l’étendue de la forêt et non seulement les feuilles sur la branche d’un seul arbre. De voir la grandeur de ma vie – de La vie – et non seulement ma petite histoire. Je deviens capable de voir les choses comme elles sont, et de vivre les choses autrement – plus pleinement, plus consciemment.

Je reviens à moi.

Bien franchement, c’est ce que je souhaite de ce voyage. Et bien franchement, ce texte me sert de rappel de le faire! Certes, j’ai l’heureux défi de mes conférences à surmonter. Certes, Marc et Milo vont me manquer (me manquent déjà!).

Mais j’ai une belle occasion devant moi de prendre un recul nécessaire, de revenir à l’essentiel de ma vie et de retrouver mon centre où et avec qui que je sois.

Sans les connaître d'avance, je vivrai (je vis déjà!) des émotions, des découvertes, des moments forts et encore. Je vais cheminer d'une manière différente que quand je suis dans ma petite famille et dans mon quotidien au Québec.

Je reviendrai changée d'une façon qui va assurément nourrir la suite des choses, et cela me ravit.

 

À vous maintenant

Cet espace dont Khalil Gibran parle est salutaire pour nous tous et ceci dans toutes nos relations et dans tous les aspects de notre vie.

 

De quelle façon accordez-vous de l’espace dans votre vie?

Quels sont les bénéfices de le faire?

 

J’adore vous lire, alors faites-moi plaisir et laisser vos traces dans les commentaires plus bas!

Avec un amour bien spacieux ;-)

 

Minnie x

PS Les inscriptions rentrent déjà pour mes conférences-atelier à Bordeaux (11 juin – Librairie Pégase) et à Toulouse (16 juin au Centre La Mane à Balma), mais il reste encore de la place. Faites-vous (et moi!) un cadeau en vous joignant à nous pour ce moment d’une grande simplicité pour parler des 5 clés d’une vie plus consciente. Tarif préférentiel pour paiements faits d’avance sur mon site :

» » » Infos et inscriptions pour « Les 5 clés d’une vie plus consciente » » »

 

Et même si vous ne pouvez pas être des nôtres, partagez les infos avec vos amis et contacts qui sont dans la région de Bordeaux et de Toulouse. Un merci énorme d'avance :-)

» » » Invitation Facebook - conférence à Bordeaux (11 juin à 13h30, librairie Pégase) » » »

» » » Invitation Facebook - conférence à Toulouse (16 juin à 20h30, Centre la Mane à Balma) » » »

 

PPS Pour les intéressés, voici le texte complet du poème de Khalil Gibran :

Le Mariage


Vous serez ensemble quand les ailes blanches de la mort disperseront vos jours.
Oui vous serez ensemble même dans la silencieuse mémoire de Dieu.
Mais laissez l’espace entrer au sein de votre union.
Et que les vents du ciel dansent entre vous.
Aimez-vous l’un l’autre, mais ne faites pas de cet amour une chaîne.
Laissez-le plutôt être une mer dansant entre les rivages de vos âmes.
Chantez et dansez ensemble et soyez joyeux, mais laissez chacun de vous être seul.
De même que les cordes du luth sont seules pendant qu’elles vibrent de la même harmonie.
Donnez vos cœurs, mais pas à la garde l’un de l’autre.
Car seule la main de la Vie peut contenir vos cœurs.
Et tenez-vous ensemble, mais pas trop proches non plus:
Car les piliers du Temple se tiennent à distance, 
Et le chêne et le cyprès ne croissent pas à l’ombre l’un de l’autre.

Khalil Gibran

Lu 6029 fois
f
Partagez !
FacebookTwitterRSS FeedPinterest
×

Joignez-vous au newsletter et recevez vos cadeaux!
1. Méditation « Au fond de mon lac intérieur » - 20 minutes pour explorer votre paysage intérieur sur une trame sonore qui transporte.
2. Texte « 5 habitudes pour une vie plus consciente » - Pratiques de présence pour un quotidien avec plus de sacré, joie et sens.